Monument bordelais en péril

 Dans Non classifié(e)

C’est sans doute le monument le moins connu de la ville. Il a pourtant 900 ans et fait 60 mètres de long. Vous êtes probablement passés devant des dizaines de fois sans vous en rendre compte. Situé au 10 de la rue du Mirail, sa façade ressemble à n’importe quelle maison. Derrière se cache pourtant un trésor du XVe siècle : L’église de l’ancien hôpital Saint Jacques. Aujourd’hui oubliée et délaissée, un collectif mené par un historien veut la sauvegarder.

10 rue du Mirail

 

De quoi s’agit-il ?
L’hôpital Saint Jacques fut construit en 1120 grâce à Guillaume IX d’Aquitaine, le grand père de la fameuse Alienor d’Aquitaine. C’est le plus vieil hôpital du Sud Ouest. Sa fonction était de soigner les pèlerins allant et revenant de Saint Jacques de Compostelle en Galice. Il prenait également sous son aile les enfants abandonnés et les femmes enceinte sans moyen. C’était un lieu incontournable, pas moins de 1000 personnes fréquentaient chaque jour l’hôpital.

Que reste t-il aujourd’hui ?
Au 18e siècle, la foi décline, l’hôpital sert principalement aux mendiants. Durant la révolution, l’ensemble est acheté par un particulier qui en fait un théâtre puis une salle de bal. Aujourd’hui, seule l’église du XVe siècle est encore debout. En 2001 des infiltrations d’eau ont fait écrouler une partie de la voute. L’église est aujourd’hui une propriété privée qui sert de parking.

La naissance du collectif 1120
Le collectif s’est créé en mai 2020. Son initiateur est Guilhem Pépin, historien et chercheur spécialisé dans l’Aquitaine du XIIe au XVe siècle. Il raconte :
«J’ai connu l’existence de ce monument par mes recherches. Je savais que le nef de l’église était encore debout, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. A l’époque je n’avais pas d’élément pour attirer l’attention du public. J’ai trouvé sur Facebook une photo rare, très parlante de l’intérieur, je me suis dit que c’était le moment».

Image rare de l’intérieur de l’église (non datée) (crédit : collectif 1120)

 

Que veut le collectif 1120?
Guilhem Pépin : « Ce lieu n’est protégé ni par l’inventaire des Monuments historiques, ni par le secteur sauvegardé. Ce que l’on veut c’est sauver la structure avec une inscription aux Monuments historiques. On veut faire prendre conscience aux Bordelais et aux élus que ce monument existe et qu’il est important. On veut pouvoir passer ce monument aux générations futures dans son intégrité sans qu’il soit divisé en appartements ou en bureaux ».

 

Plan de l’église (crédit Samuel Drapeau)

 

Que pourrait devenir le lieu ?
Guilhem Pépin : «On peut imaginer plusieurs choses comme un centre d’exposition sur le Bordeaux médiéval ou un lieu pour expliquer les liens entre Bordeaux et l’Espagne. Il y a de nombreuses pièces au Musée d’Aquitaine qui ne sont pas exposées et qui pourraient servir ici. On aimerait que ce lieu puisse être visité par les Bordelais, au moins pendant les journées européennes du patrimoine. Ce sont quelques idées parmi d’autres, mais nous ne voulons surtout pas à présent « verrouiller » l’avenir de ce monument. Ce sont les échanges entre les Bordelais et les différents acteurs locaux qui détermineront sa fonction future».

Voici la page du collectif 1120

Pour en savoir plus sur l’hôpital Saint Jacques :
L’Hôpital-prieuré Saint-Jacques de Bordeaux – Samuel Drapeau,
Bordeaux, ville d’accueil, de culture, de charité et de liberté – Les Dossiers d’Aquitaine

Les Visites d’Hubert