Pourquoi les huîtres que vous mangez sont Asiatiques  ?

 Dans Non classifié(e)

Vous allez sans doute déguster quelques huîtres à Noël. Vous préférez celles du Bassin et vos amis celles de Marennes Oléron ? Ne vous battez pas, ce sont les mêmes ! Ce sont des huîtres …Japonaises !
La mondialisation aurait donc eu la coquille de nos petites huîtres du Bassin ? Pas de panique, je vous explique tout ici !

 

 

Depuis quand mange-t-on des huîtres ?

Mathusalem ou presque.
Nos ancêtres mangeaient des huîtres dans notre région bien avant de savoir qu’il existait un pays du soleil levant. Pour preuve, à Sainte Croix du Mont, au sud de Bordeaux, se trouvent des huîtres fossilisées de plus de 20 millions d’années avant notre ère !

Les romains dégustaient ce met sans modération. Du Moyen Age à la Renaissance sa consommation ne cessent pas. On la sert même comme unique plat dans certains restaurants parisiens, juste qu’à 150 pour une seule personne nous dit-on.

Au XVIIe siècle, l’huître gagne ses lettre de nobles en paraissant dans deux fables de La Fontaine : « Le rat et l’huître » et « L’huître et les plaideurs . Au XVIIIe siècle, même Casanova s’en régalait pour entretenir sa virilité.

C’est au XIXe que l’huître plonge dans le grand bain (!)

Napoléon III, après avoir posé la première pierre d’Arcachon, permet la création des premiers parcs d’élevage sur le Bassin. De 1872 à 1890, la production atteint 400 millions d’huîtres par an pour 5000 hectares exploités.

 

Feue l’huître française

L’huître plate ou « Ostrea Edulis » est notre huître originele. Elle fait entre 20 et 100 grammes et à la peau très tendre. Seulement voilà, au début du XXe siècle une maladie la décime à 90%. Un coup du sort allait pourtant sauver nos ostréiculteurs.

En 1864, le naufrage du « Morlaisien » change le cours de l’Histoire. En difficulté dans l’estuaire de la Gironde, le capitaine de ce cargo en provenance de Lisbonne décide de jeter sa cargaison par dessus bord. Que contenait-elle ? Des huîtres !

Les années passant, ces huîtres  « portugaises » – qui provenaient en réalité d’Inde – s’acclimatèrent bien vite à nos rivages. De son petit nom « griphé angulata », l’huitre creuse remplace complètement l’huître française dans nos parcs à huitres. On en produira 15 000 tonnes par an sur la Bassin.

 

 

L’huître qui venait d’orient

Mais son règne n’a qu’un temps. En 1971, deux parasites déciment à nouveau nos parcs à huîtres. Cette fois le salut vient des airs. C’est par avion que l’on importe une nouvelle huître …du Japon !

L’huître creuse japonaise ou « Crassostera gigas » pèse entre 20 et 150 grammes et une chair crémeuse. Elle va s’adapter extrêmement rapidement et devenir l’huître reine en France. Celle que vous mangez aujourd’hui !

D’ailleurs lorsqu’ils furent frappés par le tsunami en 2011, les ostréiculteurs nippons ont reçu un soutien financiers de 200 000  euros de la Fondation de France. Un geste qui a été baptisé par les Japonais « France O-kaeshi » : « Le cadeau en retour ».

 

 

Enfin si vous cherchez une perle dans vos huîtres du Bassin, sachez que l’huître « perlière » ne se trouve que dans les mers chaudes…plus que quelques années à attendre donc …

Si cet article vous a plu je vous recommande la visite la maison de l’huître à Gujan Mestras

A bientôt

Hubert

Les Visites d’Hubert